Commémoration du centenaire : 3 films pour se replonger dans la première guerre mondiale

A l’occasion de la commémoration de l’armistice de 1918 je vous propose ces 3 films qui m’avaient beaucoup plu et qui changent du classique  » Un long dimanche de fiançailles ».

1. Mémoire de jeunesse

Mémoires de jeunesse est une adaptation de l’autobiographie « Testament of Youth » par Vera Brittain. Elle y raconte sa jeunesse insouciante jusqu’à son expérience sur le front en tant qu’infirmière et le début de sa croisade pour le pacifisme. Vera Brittain deviendra l’une des grandes figures pacifistes et féministes de l’histoire britannique.

Le film commence sur son combat pour intégré Oxford et y étudier la littérature anglaise. En 1915, elle décide de s’engager comme infirmière sur le front. Son frère et son fiancé sont également partis se battre en France.

Cette réalisation est l’un de mes plus gros coups de coeur. Je ne cache ma passion pour les productions britanniques à l’eau de rose et les anglais sont définitivement les maitres des films historiques. Ce drame montre à la fois l’émancipation des femmes, le sacrifice d’une génération et les débuts du pacifisme. Les acteurs Alicia Vikander et Kit Harrington ne sont plus à présenter. J’aime particulièrement la poésie qui émane de ce film. Bref sortez vos mouchoirs, votre thé et vos petits scones !

2. L’odeur de la mandarine

Contrairement au premier film sélectionné, L’Odeur de la Mandarine est un petit film français dont peut de gens m’ont parlé. Nous étions d’ailleurs deux personnes dans la salle de cinéma quand je suis allée le voir.

L’histoire se déroule durant l’été 1918, Charles est un cavalier blessé. Angèle une jeune infirmière à domicile qui vient de perdre au front son grand amour et doit s’occuper seule de sa petite fille. Ensemble ils essaient d’oublier les douleurs que la guerre leur a laissé. Ils développent une complicité qui les ramènent peu à peu à la vie. Sur l’insistance de Charles, Angèle accepte un mariage de raison. Il leur faudra entrer en guerre, contre eux-mêmes et contre l’autre avant d’accepter l’évidence de la passion qui les lie malgré eux.

Ce film est beaucoup moins romantique que le premier. Les personnages sont complexes, on a parfois envie de les gifler, certaines scènes sont absurdes, d’autres gênantes, le tout avec un fond de nature omniprésente et une narration juste. Voilà une production qui fait tout le charme des petits films français.

3. La chambre des officiers

La chambre des officiers figurait en compétition officielle au festival de Cannes et a été nominé pour les Césars. Inspiré du roman du même nom de Marc Dugain dont le grand-père était une gueule cassée.

Août 1914, Adrien, un jeune lieutenant, part en reconnaissance à cheval. Un obus éclate et lui arrache le visage.
Pour lui la guerre se résumé à l’hôpital militaire du Val-de-Grâce et à la chambre des officiers. Une pièce à part réservée aux gradés défigurés par leurs blessures. Un antre de la douleur où chacun se voit dans le regard de l’autre. Cinq ans entre parenthèses à nouer des amitiés irréductibles avec ses compagnons d’infortune. Cinq ans de « reconstruction » pour se préparer à l’avenir, à la vie.

Pourquoi ce film? Parce que peu rende hommage aux gueules cassées. La guerre ce n’est pas seulement l’attente des civils, l’honneur des héros ou l’horreur de la vie dans les tranchées. Pour certains comme Adrien, c’est le début de l’enfer qui durera des années. En Europe, en 1918 on compte 6,5 millions d’ invalides, dont près de 300 000 mutilés à 100 % : aveugles, amputés d’une ou des deux jambes, des bras, et blessés de la face et/ou du crâne.

Et vous avez vous d’autres films à suggérer?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Avatar

Chef de projet digital et étudiante en histoire de l’art. Depuis deux ans, je suis les cours du Louvre le soir. Cette année je me (re) lance dans une licence d’histoire de l’art par correspondance. Organisation, méthodologies, peintures, expositions, musées, séries, films historiques et bien plus encore. Je vous raconte tout sur mon blog !

Aucun commentaires

Laisser un Commentaire