Zéro Déchet : retour aux sources et au mode de vie de nos grands-parents

Le titre est un peu racoleur mais la démarche y est. L’eau chaude, l’ordinateur et le téléphone portable en plus.

Pour toi public, j’avais envie de t’écrire un article rigolo sur Dagobert et sa culotte à l’envers mais depuis que j’ai fini mes partiels, j’ai passé mes deux dernières semaines au bureau à bosser 60h/semaine. Lessivée, je rentrais le soir et me vautrais devant Cauchemar en Cuisine. On ne peut pas être intelligente toute la journée…

Mais rassures-toi, mes weekends ont été très productifs et je commence ma nouvelle carrière en Zéro Déchet. Ça veut dire que j’essaie de limiter ma consommation de plastique et d’emballages.

Pourquoi le Zéro Déchet ?

En allant en Californie cet automne, l’attraction la plus connue de San Francisco consiste à visiter une baie avec des phoques et des otaries à Fisherman’s wharf. C’est aussi là où grande spécialiste j’ai (encore) perdu ma carte bancaire. On était un peu dans le pétrin. Mais ce que je retiens de cette ville à part les Starbucks et ses horribles coffee to go à tous les 20 mètres, c’est cette image là :


Le plastique est moi on n’a jamais été très copain. Mon papa est agriculteur et j’ai des souvenirs de mon grand-père qui jetait ses pots de yaourt et cellophanes de sandwichs dans son propre champ  » Ha moui ça va disparaitre avec la terre ». Non, ça ne va PAS disparaitre avec la terre. Du coup je ramassais les déchets derrière lui.

Il y a deux ans, j’ai commencé à cheminer sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle. J’ai dû me résoudre à prendre le strict minimum c’est à dire moins de 8 kg sur mon dos et me suis alors rendue compte que je n’avais pas besoin de beaucoup de vêtements pour voyager et me sentir propre, encore moins d’avoir un stock de nourriture d’un mois sur mon dos. J’ai commencé à réduire mon « stock de survie » et je suis partie avec des sacs de plus en plus légers. Pratique pour randonner et pratique pour ne pas payer de bagages en soute. 😉

A Noël, il y a eu cette poubelle entièrement remplie de papiers cadeaux et de crackers avec lesquels on a rigolé pendant 10 minutes. Au bureau, il y a ces déjeuners à emporter dans un carton avec un couvercle plastique et ces innombrables gobelets en plastique qu’on prend aux pauses. J’ai compté 4 gobelets par jour. Une vingtaine de gobelets trainent sur les bureaux de chaque manager, tout le monde carbure avec les merveilleuses capsules à 100 euros le kilos non recyclables… What else?

Bienvenue à PlasticLand. C’est coloré, éphémère en terme de vie mais ça reste enfoui sous nos pieds jusqu’à 10 générations. Hé oui le plastique n’est pas comme le verre recyclable à l’infini. Et seul 60% est recyclé. On pourra toujours dire comme Gégé de la compta  » Ha bah je savais pas moi qu’il fallait faire comme ça maintenant ». Mais si tu le sais, tu as juste la flemme et la mauvaise foi de le faire, alors tu attends que d’autres le fassent pour toi. Et puis tu viens pleurer quand c’est trop tard. Voilà comment en 50 ans on a réussi à foutre du plastique dans l’estomac de 90% des oiseaux et à faire des beaux noeuds coulissants autour des phoques de San Francisco.

Comment j’ai agi?

 » Doucement mais surement  » comme je le dis si bien à ma soeur quand je descends une piste bleue les jambes tremblantes. Alors doucement j’ai ramené mon mug, comme d’autres jeunes gens au bureau. Et j’ai demandé à ne plus avoir de couvercle plastique. Et j’ai ramené mes ustensiles que je nettoie au lieu d’en jeter tous les jours. Et je privilégie les fruits ou yaourt en verre. J’ai doucement mais surement sauté le pas. Et depuis une semaine je suis en cure de désintox du plastique et plus généralement de la société de consommation.

L’ironie c’est que j’économise un MAX ! Je n’achète plus d’eau en plastique, adieu le shampoing dans des bouteilles en plastique et bonjour le shampoing solide à 7 euros pour 6 mois, adieu le gel douche Tahiti chimique à 3euros le flacon et bonjour savon de Marseille à 4 euros qui dure 6 mois. Adieu tous les cosmétiques à usages uniques et bonjour huiles essentielles multi-fonctions, adieu poubelle de salle de bain, bonjour lingettes démaquillantes et serviettes lavables. Adieu produit transformé Monoprix où 20% de ton prix est dédié au marketing et à l’emballage plastique ( que je vais payer deux fois avec les taxes d’ordures ménagères ci-mer); bonjour courses en vrac et meilleur tri et gestion de mon armoire grâce aux bocaux de Mamie ! Je pousse même un peu plus loin, maintenant je cherche d’abord des vêtements sur des sites d’occassions, mon préféré étant Vinted, il y a une catégorie articles neufs avec étiquettes avant d’aller en magasin. Je vide les choses inutiles de ma garde robe et de mon appartement et je gagne un petit peu de sous !

Ce que j’ai appris

  1. Que je ne suis pas seule. Au bureau, ou simplement en postant une story sur instagram sur ma démarche, j’ai vu beaucoup d’amis et de personnes de ma famille me demander ou me donner des conseils car eux aussi veulent changer de mode de consommation et revenir à la bonne cuisine et au fait maison de nos grands-parents 🙂
  2. Faut pas pousser mamie dans les orties. Je cite le livre Famille Zéro Déchet ( que je dévore en ce moment) :
Les emballages coutent 14 millards d’euros, payés par les contribuables français soit 15 à 40% du prix du produit.

3. Des bocaux en verre tu collectionneras. Heureusement chez day by day ils en fournissent gratuitement aux débutants !

Bilan

Mes réussites de cette première semaine sans course au supermarché
1. Découverte du site zéro gaspi ( ouiiii les épluchures ça se cuisine !)
2. Transition douce vers le no plastic : achat de lingettes lavables, brosse à dent en bambou, utilisation de mes huiles essentielles qui dormaient dans ma pharmacie, première réalisation de produit nettoyant et dentifrice maison
3. Achat d’une brassière de yoga à 7 euros neuve avec étiquette sur vinted, plutôt que d’une neuve chez Decathlon à 15euros

Mes fails
1. Je prends encore trop de petits sacs papiers qui ne servent à rien exemple : les petits papiers pour la baguette, ceux pour le fromage, pour les noisettes en vrac etc. –
2. L’achat du shampoing Lush : comment ça mousse ce truc?
3. J’ai chu : vendredi midi, je me suis trompée et j’ai pris une cuillère jetable.

Pour finir, voici un documentaire :

Et vous ça vous tente? Que pensez-vous de ce sujet?

Avez-vous des débuts de retour à la nostalgie d’une vie plus simple?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Avatar

Chef de projet digital et étudiante en histoire de l’art. Depuis deux ans, je suis les cours du Louvre le soir. Cette année je me (re) lance dans une licence d’histoire de l’art par correspondance. Organisation, méthodologies, peintures, expositions, musées, séries, films historiques et bien plus encore. Je vous raconte tout sur mon blog !

3 Commentaires

  • Avatar
    Elanorlabelle 6 février 2019 à 12 h 11 min

    Consommer mieux, j’essaye de le faire au quotidien depuis longtemps. Mais y’a des fails, genre le shampoing solide: je galère avec mes longs cheveux… du coup, j’ai repris mon shampoing de biocoop, qui me fait aussi office de gel douche. J’ai encore des efforts à faire au niveau des emballages; j’utilise encore trop souvent des sachets en papier. Reste que j’ai arrêté l’alu/le papier sulfurisé/le film plastique il y a quelques années et je ne m’en porte pas plus mal!
    On ne peut pas être parfait, mais si chacun changeait 50% de sa consommation quotidienne en consommation plus vertueuse ça serait déjà un grand pas! (et le domaine des cosmétiques/produits ménager est, je pense, l’un de ceux où il est le plus économique de changer en plus)(ça, et les vêtements de seconde main)(et le fait d’éviter la surconsommation aussi, évidemment)
    Bref, chouette billet: plus on en parle, plus on propose des astuces, plus on va s’y mettre!

    Répondre
    • Avatar
      Elynor 6 février 2019 à 19 h 20 min

      Ha j’ai un super shampoing solide bien moussant et mes cheveux gagnent un jour de plus sans shampoing, je le commande sur internet chez les jardins de Denise 🙂 J’ai arrêté les gels douches il y a longtemps mais dans les biocoop ils sont tops !
      Par contre gros fail hier, en testant l’aprés shampoing Lush. Je vais retenter cette semaine en essayant de le faire mousser dans ma main d’abord. Avec quoi tu remplaces le papier sulfurisé?

      Répondre
      • Avatar
        Elanorlabelle 7 février 2019 à 16 h 16 min

        Je note pour les jardins de denise!
        Pour le papier sulfurisé, je ne le remplace pas en fait. Je pense que ça dépend de l’utilisation qu’on en fait à la base, mais finalement je me suis rendue compte que c’était très « accessoire » pour moi: je fais en sorte d’avoir des plats sans revêtements pour pouvoir bien passer un couteau sous la tarte/les biscuits sans craindre de faire de rayures et/ou je graisse bien le plat et/ou j’attends que ça refroidisse bien pour démouler. Lorsque c’est une préparation un peu friable, la première « part » est souvent moins jolie. Mais bon, c’est toujours bon 😉

        Répondre

Laisser un Commentaire